Les fleurs selon Christoffers Blommor

L’amour des fleurs et des gens

Enfant, il aimait davantage les fleurs que les sports ; une passion qui s’est plus tard traduite par trois boutiques de fleurs à Stockholm. Il exerce ainsi le métier de ses rêves, la plus belle école du monde et a les plus agréables clients que l’on puisse souhaiter. Faites la connaissance de Christoffer de Christoffers Blommor, fleuriste suédois dans l’âme.

Christoffers Blommor Stockholm Lajoiedesfleurs.fr

Tout a commencé par un petit boulot après l'école...

« J’ai commencé assez jeune, je devais avoir treize ou quatorze ans. Je m’ennuyais à l’école et j’ai donc pris un petit boulot dans le stand d’un fleuriste sur le marché à Stockholm. J’y ai appris à vendre des plantes en pot, à confectionner des bouquets et à emballer les fleurs, tout ce qui est en fait à la base du métier. D'abord uniquement pendant les weekends, jusqu’à ce que je devienne vraiment passionné et remarque que j’avais un don pour la chose. C’était une passion en cachette car dans mon quartier, un garçon ne doit pas aimer les fleurs mais plutôt le karaté. Les fleurs, c’était un amour secret, grâce auquel je gagnais d’ailleurs bien plus que ce que recevaient mes copains en argent de poche. L’intérêt que je portais au métier de fleuriste était si fort que je quitta l’école et décida de travailler cinq à six jours par semaine avec les fleurs. »

Faire plaisir aux autres avec des fleurs

« Ce qui m’intéressait surtout dans ce métier, c’était les saisons et la joie que l’on procurait aux autres. Surtout à la fin de la semaine, lorsque les clients viennent chercher leurs fleurs pour la maison, pour un dîner ou une fête, des choses qui les rendent joyeux. J’avais soif d’apprendre, je voulais toujours en savoir plus, et pas seulement les noms latins. Je voulais apprendre à créer, tout savoir sur l’offre saisonnière et sur les façons de susciter l’émerveillement. Ce sentiment de joie que les gens éprouvaient lorsque je leur montrais le bouquet que je venais de confectionner. Les fleurs sont un matériau si exceptionnel à travailler, avec toutes ces saisons, ces couleurs qui surprennent, tout cela est fantastique ! »

« Les fleurs, c’était un amour secret, grâce auquel je gagnais d’ailleurs bien plus que ce que recevaient mes copains en argent de poche. »

Trois magasins de fleurs à Stockholm

Et maintenant ? Christoffer possède aujourd’hui trois boutiques de fleurs, toutes différentes, adaptées à l’ambiance du quartier où elles se trouvent. La première fut ouverte à Gamla Stan, dans la vieille ville, en 2001. Il reprenait alors la boutique de fleurs d’Agnes et Lisa, deux de ses amies.
« J’ai cette boutique depuis seize ans et nous y avons beaucoup de clients fidèles, jeunes et moins jeunes. Ils entrent dans la boutique pour faire un brin de causette pendant que les bouquets sont confectionnés. Et nous faisons parfois aussi office de garderie pour les enfants ou même les chiens, lorsque quelqu’un doit aller faire une course ailleurs, pendant que l’on prépare une composition florale. Nous connaissons maintenant les goûts de beaucoup de nos clients et nous en tenons compte. L’ambiance qui règne dans cette boutique est vraiment très intime et agréable. »

Clientèle fidèle, hippies et stylistes

La deuxième boutique se trouve dans le quartier Söder. « Un lieu unique, La Mecque pour les hippies. Les gens viennent ici souvent acheter des fleurs en bottes pour en faire un bouquet sauvage chez eux. C’est à côté d’un café, un lieu de rencontre très agréable et personnel. La troisième boutique est dans le quartier Bra i gatan. C’est ma dernière acquisition, assez récente, une boutique partagée avec Dusty Deco. Une belle boutique de design qui attire un public nombreux de créateurs. Nous y vendons beaucoup de grandes plantes et des produits spéciaux tels que des fleurs hors saison, souvent à des décorateurs et créateurs de mode. Ces trois boutiques ont des styles très différents mais dégagent la même sensation personnelle et ont le même objectif : faire plaisir au client. »

Une équipe performante de collègues et amis

Cette ambiance personnelle se remarque à la façon de travailler de Christoffer. Non seulement les clients sont contents de lui, mais son personnel aussi. « J’ai entre dix et douze employés, » dit Christoffer, « qui pour la plupart travaillent ici depuis très longtemps. Nous formons une équipe vraiment très solidaire de personnes attentionnées, chaleureuses et très professionnelles dans le travail de fleuriste. Une aussi longue connivence est très particulière dans cette branche car beaucoup changent souvent d’employeur, à la recherche d’un meilleur lieu de travail. Nous sommes comme une famille, nous faisons tout ensemble : petit déjeuner, bière le vendredi et voyages d’achat aux Pays-Bas. Nous sommes des amis, dont je suis le plus ancien... et le plus sage... Ha ha ha. »

« J’aime mettre une fleur dans un bouquet qui augmente l’accent et fait davantage ressortir les autres couleurs. »

Le style de Christoffer

« Nos bouquets sont très aérés, jamais très compacts. Nous pensons toujours au contexte lorsque nous imaginons un bouquet et posons des questions sur le type de vase auquel il est destiné et sur le style de l’intérieur. Nous créons des bouquets intéressants mais pas trop volumineux. Je vois beaucoup de fleuristes faire des bouquets aérés et sauvages mais beaucoup trop grands pour mettre à la maison, surtout à Stockholm, où les intérieurs sont en général assez petits. Il convient donc d’en tenir compte. Nous confectionnons des bouquets que nous rendons intéressants en y incorporant des fleurs qui ne s’ouvriront qu’au bout de quelques jours. J’aime mettre une fleur dans un bouquet qui augmente l’accent et fait davantage ressortir les autres couleurs. Tout n’a pas besoin d’être de la même couleur, car cela fait en quelque sorte disparaître les fleurs. Les Suédois sont en général d’ailleurs plutôt experts dans le choix d’un beau bouquet. »

L’homme derrière le fleuriste

« J’aime la nature et la ville, un mélange bien équilibré des deux. Ma mère est du nord de la Suède mais j’ai grandi dans un quartier du sud de la ville et je porte donc en moi le béton et la forêt. J’aime aller dans les bois mais j’adore aussi les fêtes. Ce qu’il y a de plus beau dans mon métier ? Je crois que ce sont les saisons, aller au marché, me lever tôt, être fatigué mais retrouver mon énergie en voyant les plateaux de fleurs dans les tiroirs et travailler dur pour trouver le plus beau matériel. C’est une lutte quotidienne pour s’améliorer peu à peu, faire plaisir au client avec ce que vous avez trouvé de plus beau sur le marché... oui, c'est ça que j’aime dans mon métier ! »

En savoir plus sur Christoffer

Envie d’en savoir plus ? Regardez notre vidéo.